Brahms romantique et réfléchi

par red flags when newly dating

Johannes Brahms (1833 - 1897)
Trio pour piano, cor et violon, op. 40 - Trio pour piano, clarinette et violoncelle, op. 114
Dieter Klöcker (clarinette), Sebastian Weigle (cor), Wolf Dieter Streicher (violon), Christoph Henkel (violoncelle), Claudius Tanski (piano)
1995-DDD-53’56-Textes de présentation en anglais, français et allemand- MDG 301 0595-2

Le Bach dansant de Pierre Hantaï

par

Johann Sebastian Bach (1685-1750)
Concerto Italien BWV 971 ; Suites anglaises n° 2 BWV 807 et n°6 BWV 811 ; Chorals « Wer nur den lieben Gott lässt walten » BWV 690 et 691, « Jesus, meine Zuversicht » BWV 728, « Liebster Jesu, wir sind hier » BWV 706 ; Fantaisie en la mineur BWV 944
Pierre Hantaï, clavecin
2014 – DDD – 74' – Livret en français, anglais, allemand – Mirare MIR 251

Jaroussky chante Verlaine

par

GREEN
Mélodies françaises sur des poèmes de Verlaine
Philippe JAROUSSKY (contre-ténor), Jérôme DUCROS (piano), Nathalie STUTZMANN (alto), Quatuor Ébène
2015-DDD–2015–57’ 18’’ et 54’ 34’’–Livret en français, anglais et allemand–Erato 0825646 1 66954

Rossini l'emporte sur Michieletto

par

Guillaume Tell de Rossini 
Le nouvelle production de “Guillaume Tell » au Royal Opera de Londres où le « grand opéra » de Rossini n’avait plus été joué depuis 1992, a causé bien des remous. Une scène d’agression et de viol avait tellement choqué une part du public lors de la générale qu’il y avait eu des réactions violentes pendant le spectacle, ce qui ne s’était apparemment jamais passé au Covent Garden et plein de commentaires après. La direction a défendu la mise en scène mais a quand même accepté d’apporter quelques adaptations. Quand j’ai vu le spectacle la jeune femme violentée n’était plus nue mais enveloppée dans une grande nappe et le public est resté calme.

Intéressant, ravissant et respecteux

par

Brenden Gunnell (Pedrillo), Mari Eriksmoen (Blonde), Sally Matthews (Konstanze), Edgaras Montvidas (Belmonte) © Alastair Muir

Die Entführung aus dem Serail à Glyndebourne
Mozart a toujours occupé une place de prédilection au Festival de Glyndebourne et Die Entführung aus dem Serail -déjà à l’affiche de la deuxième édition du festival en 1935- franchit cette année le cap des 200 représentations. Pour la nouvelle production de ce Singspiel (comédie musicale) de 1782, Glyndebourne a fait appel au metteur en scène écossais David McVicar qui propose un spectacle intelligent et ravissant, respectueux de la partition et du livret. Pas toujours évident, ces jours-ci…

Dans l'esprit de Chostakovitch

par

WARTIME CONSOLATIONS
Karl Amadeus HARTMANN (1905 - 1963)

Concerto funèbre pour violon et orchestre
Mieczyslaw WEINBERG (1919 - 1996)
Concertino op. 42 - Rhapsody on Moldavien Themes op. 47 n°3 (arr. Nowicka)
Dmitri CHOSTAKOVITCH (1906 - 1975)
Unfinished Sonata (1945) for violin and piano
Linus Roth (violon), Württemberg Chamber Orchestra Heilbronn, dir.: Ruben Gazarian, José Gallardo
2015-55'28''-Textes de présentation en anglais et en allemand-Challenge Classics CC72680

Une correspondance passionnée

par

Lettres de Charles Gounod à Pauline Viardot
par Mélanie von Goldbeck
Si l'oeuvre de Gounod traverse bien les siècles, et qu'aux côtés de Faust et de Roméo et Juliette, on monte et enregistre des raretés tels Polyeucte ou Cinq-Mars, il ne faut pas oublier que sa carrière débuta humblement par Sapho. Ecrit pour sa dédicataire, Pauline Viardot, l'opéra fut créé par elle en 1851, avec un succès moyen, mais propulsa définitivement le compositeur sur la scène parisienne. 

Un ‘Barbiere di Siviglia’ bien sympathique à Avenches

par

Le Festival ‘Avenches Opéra ‘ présente le chef-d’œuvre de Rossini dans le plein air de ses arènes romaines. A la suite des pertes financières colossales subies par la ‘Carmen’ de l’an dernier dévastée par la pluie, une solution de repli a été trouvée : le spectacle peut être transporté à l’intérieur de l’Institut Equestre National qui contient quatre mille places. Mais le 11 juillet, c’est bien à l’extérieur, sous un ciel limpide, que nous avons pu applaudir la production ingénieuse de Marco Carniti :

Martha Argerich & friends : Lugano 2014

par

Disque 1 : Wofgang Amadeus Mozart (1756-1791) : Concerto pour piano en ré mineur, K466 – Ludwig Van Beethoven (1770-1827) : Variations en mi bémol majeur sur « Bei Männern, welche Liebe fühlen » (Die Zauberflöte), WoO46 – Darius Milhaud (1892-1974) : La Création du monde, op.81b pour quintette avec piano – Disque 2 : Félix Mendelssohn (1809-1847)/arr. Ferruccio Busoni (1866-1924) : Symphonie n°1 en do mineur, op.11 pour deux pianos à huit mains – Alexander Borodin (1833-1887) : Quintette avec piano en do mineur – Frank Bridge (1879-1941) : Sonate pour violoncelle et piano en ré mineur, H125 – Disque 3 : Francis Poulenc (1899-1963) : Sonate pour piano à quatre mains, FP 8Sonate pour violoncelle et piano, FP 143 – Alexander Scriabin (1872-1915) : Fantaisie en la mineur, op. Posthume pour deux pianos – Mieczyslaw Weinberg (1919-1996) : Sonate pour violon n°5, op. 53
Martha Argerich, Eduardo Hubert, Akane Sakai, Lilya Zilberstein, Anton et Daniel Gerzenberg, Aexander Mogilevsky, Gabriela Montero, Dagmar Clottu, Francesco Piemontesi et Daniel Rivera (pianos), Orchestra della Svizzera italiana, dir.: Jacek Kaspsyk, Mischa Maisky, Mark Drobinsky, Jing Zhao et Gautier Capuçon (violoncelles), Dora Schwarzberg, Michael Guttman, Andrey Baranov, Géza Hosszu-Legocky et Gidon Kremer (violons), Nora Romanoff (alto)
2015-DDD-CD1 : 59’.07, CD2 : 75’.31, CD3 : 60’.26- Textes de présentation en anglais, français et allemand-Warner Classics-0825646134601