Mots-clé : Les Siècles

François-Xavier Roth, Mahler, Ravel et Les Siècles

par singel oppland

François-Xavier Roth est l’un des chefs d’orchestre les plus demandés de notre époque. Fondateur de l’orchestre Les Siècles, il est directeur musical de l‘Orchestre du Gürzenich de Cologne alors qu’on le retrouve, privilège rare pour un chef français, régulièrement au pupitre du Philharmonique de Berlin, du Royal Concertgebouw d’Amsterdam ou du Boston Symphony Orchestra. Après avoir renouvelé l’approche de toute une partie de la musique française avec Les Siècles, il emmène ses musiciens dans un voyage mahlérien avec Titan Eine Tondichtung in Symphonieform (Hambourg-Weimar, édition de 1893-1994) l’une des versions de la Symphonie n°1. François-Xavier Roth et les Siècles enregistrent ainsi en première mondiale la nouvelle édition de Reinhold Kubik et Stephen E.Helfing pour Universal Edition Wien.  

Vous aviez déjà enregistré la Symphonie n°1 de Mahler avec le SWR Sinfonieorchester Baden-Baden und Freiburg (SWR Music Hänssler/classic), qu’est- ce qui vous poussé à enregistrer à nouveau cette oeuvre au pupitre des Siècles mais dans cette nouvelle édition de Reinhold Kubik et Stephen E.Helfing ?

C’était pour moi un désir assez prononcé de pouvoir donner Mahler sur instruments d’époque, ce qui n’a pas été tellement fait. Bien naturellement, je souhaitais réaliser cette aventure avec les Siècles en commençant logiquement par la Symphonie n°1. Par ailleurs, j’avais été informé du travail d’Universal Edition Wien sur la version 1893-94 “Titan” Eine Tondichtung in Symphonieform de la Symphonie n°1 et notre enregistrement correspondait à la parution de cette nouvelle édition et de son matériel d’orchestre. J’ai donc été en contact, assez tôt, avec l’équipe scientifique qui oeuvrait à finaliser ce projet. La concordance de tous ces aspects a permis la réalisation de cet album.

François-Xavier Roth, une sélection au disque et en vidéo

par singel oppland

Par le truchement du disque et des captations de concerts, François-Xavier Roth est un chef des plus présents sur les canaux de diffusion. Crescendo-Magazine vous propose une petite sélection de ses enregistrements à travers une playlist et un choix de quelques concerts diffusés sur Youtube.

La discographie de François-Xavier Roth est déjà fort conséquente. Si dans cette playlist nous ne retiendrons que quelques uns de ses enregistrements avec les Siècles, il ne faut pas oublier ses deux excellents albums gravés lors de son trop bref passage au pupitre du Philharmonique Royal de Liège : un disque César Franck avec Cédric Tibergien au piano (Cyprès) et un autre consacré à des oeuvres françaises pour violon avec le toujours génial Tedi Papavrami (Aeon). Alors qu’il était directeur musical du SWR Sinfonieorchester Baden-Baden und Freiburg, le chef a gravé une anthologie Richard Strauss pour SWR Music Hänssler/classic, des enregistrements à redécouvir.

 

Voix de France

par

Gabriel FAURÉ (1845-1924) : RequiemClaude DEBUSSY (1862-1918) : Trois chansons de Charles d’Orléans. Francis POULENC (1899-1963) : Figure humaineRoxane CHALARD (soprano), Mathieu DUBROCA (baryton), Louis-Noël BESTION DE CAMBOULAS (orgue), Ensemble Aedès, Les Siècles, dir. : Mathieu ROMANO. DDD–2019–59’ 21’’–Textes de présentation en français et en anglais–Aparté AP201

Un Ravel féérique

par

Maurice RAVEL
(1875 – 1937)
Ma Mère l’Oye (ballet complet) - Shéhérazade, ouverture de féerie - Le Tombeau de Couperin
Les Siècles, dir. François-Xavier Roth
2018 DDD 56’33 Livret français et anglais CD Harmonia Mundi HMM 905281

La redécouverte du tout premier opéra de Saint-Saëns

par
Le timbre d'argent

Jodie Devos (Rosa), Yu Shao (Benedict), le Chœur Accentus / © Pierre Grosbois (Opéra-Comique)

Le Timbre d'argent
Peintre fauché mais amoureux d'une danseuse, Conrad se fait procurer par le Diable un petit timbre d'argent : chaque fois qu'il le frappera, son souhait sera exaucé, mais une personne de son entourage mourra. Telle est la trame du livret de Barbier et Carré, que le jeune Saint-Saëns mettra en musique  en 1864, juste après son second échec au prix de Rome.

Descendu de son chameau, Félicien David s'élance vers l'Amérique !

par

Christophe Colomb de Félicien David
Fort du succès phénoménal de son Désert en 1844, Félicien David continue sur sa lancée : se succèdent Moïse au Sinaï, Christophe Colomb, L'Eden enfin, accueillis diversement par un public qui espérait encore et toujours de l'exotisme oriental. Non, David ne fut pas que l'auteur du Désert, même si son nom reste attaché à l'invention officielle de  l'orientalisme en musique.

Voilà de l'opéra-comique !

par

© Pierre Grosbois

LAKME
(Leo Delibes)

Que dit-on pour définir l'art français ? Il est fait de finesse, de clarté et d'élégance. Voilà qui décrit à la perfection cette Lakmé de Leo Delibes, créée en 1883 à l'Opéra-Comique, et dont le succès ne s'est jamais démenti. L'oeuvre représente la quintessence de la musique française, comme, avant elle, La Dame blanche de Boieldieu, Le Domino noir d'Auber, Les Pêcheurs de perles et Carmen de Bizet, ou Mignon d'Ambroise Thomas. Et, un an plus tard, la Manon de Massenet. Comme tous ces chefs-d'oeuvre, Lakmé atteint une certaine perfection par un équilibre miraculeux entre une intrigue simple, directe, émouvante, et une musique réunissant les mêmes qualités.