Mots-clé : Markus Poschner

Le laboratoire napolitain de Rossini

par

Gioachino Rossini (1792-1868) : The Rossini Project Vol II. From Naples to Europe (1815-1822). « Ermione », Sinfonia ; « La Riconoscenza », Cantate pastorale ; Cavatine « De’gigli nel candor » extraite de la Cantate « Il vero omaggio » ; Cantate à quatre voix et chœur « Slenda vivissima d’Imen la face » ; « Elisabetta, regina d’Inghilterra », Sinfonia.  Edgardo Rocha, Fileno ; Michela Antenucci, Argene ; Laura Polverelli, Melania ; Mirco Palazzi, Elpino. Coro della radiotelevisione svizzera ; Orchestra della Svizzera Italiana, Markus Poschner. 2019-62’07-livret italien et anglais-textes en italien-chanté en italien-OSI2118 

Maître Péronilla, la résurrection d’un Offenbach irrésistible

par

Jacques OFFENBACH (1819-1880) : Maître Péronilla, opéra-bouffe en trois actes. Véronique Gens (Léona), Eric Huchet (Maître Péronilla), Anaïs Constans (Manoëla), Tassis Christoyannis (Ripardos), Chantal Santon-Jeffery (Alvarès), Antoinette Dennefeld (Frimouskino), François Piolino (Don Guardona), Patrick Kabongo et Loïc Félix (Frères Vélasquez), etc. ; Choeur de Radio France, Orchestre National de France, direction : Markus Poschner. 2020. Livret en français et en anglais. 100.40. Un livre-disque du Palazzetto Bru Zane BZ 1039 (2 CD).

A Genève, Markus Poschner et l’Orchestra della Svizzera Italiana

par

Grâce à une invitation du Service Culturel Migros, apparaît pour la première fois, à La Chaux-de-Fonds et à Genève, le chef munichois Markus Poschner à la tête de l’Orchestra della Svizzera Italiana dont il est le directeur musical depuis 2015. La presse s’est largement fait l’écho de leur projet commun ‘Rereading Brahms’ (Relire Brahms) qui s’est concrétisé ensuite par l’enregistrement des quatre symphonies. 

Pour ces deux concerts, le programme comporte d’abord l’ouverture que Gioacchino Rossini avait élaborée pour L’Italiana in Algeri, créée triomphalement au Teatro San Benedetto de Venise le 22 mai 1813. Par un lent pizzicato de cordes, se dessinent les huit mesures d’introduction d’où se dégage le hautbois en rubato libre auquel répond la flûte ; suit un allegro enlevé comme un presto que domine un piccolo brillant suscitant le contraste des phrasés.