Dossier Emmanuel Chabrier : discographie sélective et commentée

par link

Dans le cadre de notre dossier sur Emmanuel Chabrier, nous vous proposons une discographie actualisée et commentée des oeuvres du grand compositeur. Si nous laissons de côté le seul cas de la célèbre España qui encombre les catalogues dans sa version pour orchestre, nous tenteront de dresser un bilan discographique de ce qu’il est possible d’écouter. Il s’agit d’une actualisation du travail mené par Harry Halbreich pour le numéro n°10 de Crescendo Magazine. 

À la relecture de cet article, nous avons été frappés par le peu de regain d’intérêt pour l’oeuvre d’un tel compositeur : 75 pourcents des titres référencés ici, l’étaient déjà il y a plus de 20 ans ! Certaines gravures comme l’intégrale des oeuvres symphoniques par Michel Plasson ou l’opéra du Roi malgré Lui par Charles Dutoit, n’ont pas été concurrencées et elles restent les seules au catalogue ! Il est ainsi assez triste de voir un tel compositeur délaissé (il en va de même pour Vincent d’Indy, Albert Roussel, Paul Dukas). On pourra donc retenir de notre époque que l’on connaît désormais fort bien des œuvres passables et secondaires de Théodore Gouvy, Benjamin Godard ou Fernand de la Tombelle, mais que l’on délaisse Chabrier.   

  • Musique d'orchestre

- Joyeuse Marche, España, Suite Pastorale, Danse slave, Fête polonaise, Prélude pastoral, Bourrée fantasque, Menuet pompeux, Ouverture et Légende de Gwendoline, Ode à la Musique, Larghetto pour cor et orchestre, Habanera, Trois valses romantiques, la Sulamite - Barbara Hendricks (sop. dans Légende et Ode à la Musique), Susan Mentzer (mezzo-sop. dans la Sulamite), Pierre del Vescovo (cor), Choeur de femmes de Toulouse-Midi-Pyrénées et Orchestre du Capitole de Toulouse, dir.: Michel Plasson - Warner (ou Brilliant en licence). 

-Suite Pastorale, Habanera, España, Larghetto pour cor et orchestre, Prélude Pastoral, Joyeuse marche, Fête polonaise. Ronald Janezic, cor ; Wiener Philharmoniker, dir. : John Eliot Gardiner - DGG 

Michel Plasson a enregistré à ce jour la seule intégrale des oeuvres avec orchestre de Chabrier. Ces deux disques rassemblent aussi quelques extraits du Roi malgré lui (Danse slave et Fête polonaise et de Gwendoline, ainsi que des orchestrations de pages pianistiques, soit par Chabrier lui-même (Suite pastorale, Habanera) soit par Maurice Ravel (Menuet pompeux) et comprennent même les deux merveilleuses Cantates: l'Ode à la Musique et la Sulamite. Ce sont deux réalisations parfaites, ne laissant rien à désirer. Rappelons que la Suite pastorale réunit quatre des dix Pièces pittoresques et que le Prélude pastoral, de redécouverte récente, fut longtemps considérée comme perdu. 

Pour son premier album à la tête du Philharmonique de Vienne, John Eliot Gardiner proposa une sélection des tubes de Chabrier. En dépit de leur sensibilité plutôt germanique, les Viennois sont magistraux de styles et de couleurs. 

Les collectionneurs chercheront les grandes références historiques plus ou moins régulièrement rééditées : Paul Paray (Mercury) et Ernest Ansermet (Decca). Le label Warner nous doit le retour régulier des gravures d’Armin Jordan au pupitre de l’Orchestre National de France et de Pierre Dervaux au pupitre de l’Orchestre de la Société des Concerts du Conservatoire et de l’Orchestre de l’Opéra Comique. Les archéologues du son pourront aussi se mettre en quête des gravures de Paul Bonneau au pupitre de l’Orchestre des Champs Elysées pour les disques André Charlin, ils y découvriront toute une culture sonore française avec sa justesse et son intonation aléatoires…mais avec des couleurs sépias et fragiles assez poétiques. 

Enfin, François-Xavier Roth a enregistré au pupitre de ses Siècles, les seules Suite Pastorale (Mirare) et España (Actes Sud), et on espère qu’il complètera ses gravures tant il est stylistiquement exemplaire. 

  • Musique pour piano

-Intégrale de l’oeuvre pour piano, Alexandre Tharaud - Arion 

- Dix pièces pittoresques, Bourrée fantasque, Impromptu, Habanera, Ballabile, Ronde champêtre, Feuillet d'album, Air de Ballet, Maurice Ravel: A la manière de... Chabrier - Alain Planès - Harmonia Mundi

- Dix pièces pittoresques, Bourrée fantasque, Feuillet d’album, España. Aldo Ciccolini, piano. - Warner 

L’intégrale d’Alexandre Tharaud, l’une de ses premières gravures, est la référence naturelle par son exhaustivité et sa qualité tant artistique que technique. Du côté des intégrales, les amateurs de vieilles cires chercheront celle enregistrée par Pierre Barbizet (moins complète que celle de Tharaud) chez Erato. Autre intégrale complète, attachante mais moins déterminante, celle du fascinant Georges Rabol chez Naxos. 

Du côté des sélections d’oeuvres, le disque d’Aldo Ciccolini est l’une des gravures les plus cultivées. Enregistré en 1968, ce disque vient juste d’être réédité en digital par Warner. Le disque d'Alain Planès est excellent, parfois un peu sage mais il propose une lecture au goût parfait. Emmanuel Strosser (Mirare) prolonge cette approche un peu à la pointe sèche, assez française au final. Du côté des vieilles cires, il faut chercher les gravures de Robert Casadesus (Sony) et de Marcelle Meyer (Warner). 

  • Mélodies

- Intégrale des mélodies. F.Lott, S.Varcoe, W.Burden, G.Johnson Johnson - Hyperion 

- Le Sentier Sombre, L'île Heureuse, Lied, Sérénade, Chanson pour Jeanne, Couplets de Mariette, Le Soldat du Roi, Que les amants ont dd peines, l’invitation au voyage, Lied, Ronde Gauloise, Chants d’Oiseaux, Ballade des gros dindons, Les cigales, Villanelle des petits canards, Pastorale des cochons roses, Adieux à Suzon, Sommation irrespectueuse, Tes yeux bleus, L'enfant, Ruy Blas, Toutes les fleurs ! Credo d’Amour. A.Mellon, F.Leguérinel, F.Tillard - Timpani 

L’intégrale Hyperion est à ce jour la seule intégrale, archi complète. Elle propose, en plus des mélodies habituelles, l’exquis Dialogue de l’ouvreuse de l’Opéra comique et de l’employé du bon marché pour soprano et ténor et les Plus jolies chansons du pays de France, recueil de chansons populaires que Chabrier avait collecté avec le compositeur Armand Gouzien. L’équipe anglaise menée par Felicity Lott est exceptionnelle de style et de musicalité ! 

La valeureuse galette Timpani, bien que soignée, ne peut rivaliser en dépit de la qualité de prononciation des artistes. Certaines mélodies sont enregistrées çà et là dans le cadre de récitals consacrés à Baudelaire ou autre poète. Du côté des antiquités, on peut se mettre en quête de l’intégrale gravée pour Accord en 1954 avec Renée Doria, Julien Giovanetti et Guy Fouché avec Tasso Janopoulo au piano.  

  • Théâtre

- L'Etoile - G. Gautier (Ouf 1er), G. Bacquier (Siroco), F. Le Roux (Hérisson de Porc-Epic), C. Alliot-Lugaz (Lazuli), G. Raphanel (Laoula) - Choeurs et Orchestre de l'Opéra de Lyon, dir.: John Eliot Gardiner - EMI.

- L'Etoile - Stéphanie d’Oustrac (Lazuli), Christophe Mortagne, (Ouf 1er), Hélène Guilmette (Laoula), Elliot Madore (Hérisson de Porc-Epic) - Residentie Orkest The Hague - Chorus of Dutch National opera, dir. : Patrick Fournillier. Mise en scène : Laurent Pelly - Naxos 

- Le Roi malgré lui - B. Hendricks (Minka), . Garcisanz (Alexina), G. Quilico (Henri de Valois), P. Jeffes (Nangis), J.Ph. Laffont (Fritelli), Choeurs et Nouvel Orchestre Philharmonique de France, dir.: Charles Dutoit - Erato 

- Briésïs ou les amants de Corinthe. J. Rodgers, M.Padmore, S.Keenlyside, M.George, K.Harries - Chorus of the Scottish Opera - BBC Scottish Symphony Orchestra, dir. : Jean-Yves Ossonce - Hyperion   

- Une Education manquée, Fisch-Ton-Kan, Vaucochard et Fils 1er - M. Delunsch et B. Desnoues (sopranos), Ch. Mehn (tén.), J.L. Georgel et F. Dudziak (barytons) - Ensemble vocal et Orchestre du Collegium Musicum de Strasbourg, dir.: Roger Delage - Arion.

L'enregistrement de l'Etoile sous la baguette de John Eliot Gardiner est un joyau de la discographie, on ne saurait faire mieux. Il faut également saluer la belle version proposée en DVD chez Naxos qui bénéficie de la mise en scène poétique et inventive de Laurent Pelly. 

Le Roi malgré lui, le véritable chef-d'oeuvre de Chabrier n'a pas eu autant de chance. Si Barbara Hendricks a trouvé un emploi à la mesure de son talent et incarne une Minka délicieuse de fraîcheur, l'excellente Isabel Garcisanz a dû reprendre le rôle d'Alexina à la suite d'une défection de dernière minute et n'a pas pu le travailler en profondeur. Les rôles masculins sont bien tenus, sans plus, mais Dutoit fait un excellent travail avec les choeurs et l'orchestre. Le défaut rédhibitoire de cette réalisation, c'est l'absence de tous les dialogues parlés, pourtant indispensables pour suivre une action particulièrement confuse et aussi pour séparer les morceaux de musique les uns des autres. Quel dommage ! 

Longtemps attendu, le premier enregistrement des fragments de l’opéra inachevé Briséïs fut à mettre au crédit d’une équipe écossaise dirigée par le chef Jean-Yves Ossonce pour Hyperion. 

Notons que des airs extraits des opéras sont de temps à autre enregistrés : Nathalie Dessay et Patricia Petitbon ont mis à l’honneur des morceaux du Roi Malgré lui et de l’Etoile

Chabrier : une playlist :

Harry Halbreich et Pierre-Jean Tribot 

 

Vos commentaires

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.