Au Concert

Les concerts un peu partout en Europe. De grands solistes et d’autres moins connus, des découvertes.

Quand la nuit tombe sur Flagey

par

Dans le cadre du "Festival of the Imaginary, Fables", le Pierrot Lunaire d'Arnold Schönberg était présenté à Flagey par l'ensemble Het Collectief et Eine kleine Nachtmusik de Mozart par le Quatuor Alfama. Entre ces deux œuvres s'est intercalé Papillons de nuit, film d'animation de Raoul Servais (Belgique, 1998).

Zimerman revient avec Debussy

par

Enfant chéri des salles de concert depuis toujours, Krystian Zimerman nous revenait ce soir avec un programme qui sacrifiait au respect des anniversaires, celui de Debussy en l'occurrence, avec lequel il a toujours nourri des affinités particulières.

Aimard, Beethoven et Ligeti

par

Dos au public et le piano face à l'orchestre, Pierre-Laurent Aimard, accompagné par la Philharmonie de Chambre de Brême, s'en est donné à coeur joie durant toute une longue soirée, dans un programme éclectique mais d'une grande cohérence.

Venise en hiver

par

Il est devenu courant, ces dernières années, de proposer des reconstitutions de messes, vêpres et autres services sacrés tels qu'on aurait pu les entendre dans l'Italie du 17e siècle, en alternant des pièces extraites d'oeuvres de compositeurs contemporains et proches géographiquement. Par dessus tout, ce sont les ors de Venise qui attirent le plus les musiciens tentés par l'exercice.

Concours International André Dumortier

par

Du 24 au 29 septembre 2012 s’est tenue à Leuze la 3e édition du Concours International de Piano André Dumortier. Sous l’impulsion de Marie-Claire Hochedez, coordinatrice, de Walter Denis, pianiste et professeur (duo guidé par André Dumortier) et du regretté Michel Hallynck, alors Directeur de l’IMEP à Namur, la première édition du concours eut lieu en 1994 sous l’appellation Biennale de Piano de Leuze-en-Hainaut.

Luxueux !

par

Mariss Jansons et le Concertgebouw d'Amsterdam
Les grandes fresques chorales ne sont pas -ou plus- fréquentes dans les programmes de nos salles de concert. Une bonne raison, dès lors, de nous réjouir du luxueux Requiem allemand de Brahms qui nous fut offert par un chef et une phalange des plus prestigieux.