Au Concert

Les concerts un peu partout en Europe. De grands solistes et d’autres moins connus, des découvertes.

Concilier Messiaen et Richard Strauss ?

par

Tel était le défi impossible auquel étaient confrontés Ludovic Morlot et son Orchestre symphonique de la Monnaie. Qu'y a-t-il en effet de commun entre l'extase religieuse des Trois Petites Liturgies de la présence divine du compositeur français et Burleske, et la suite du Chevalier à la rose du Maître munichois ? Rien.

Gluck et magnifique soirée polonaise à Varsovie

par

Lukasz Borowicz dirigeant l’Orchestre Symphonique de la Radio Polonaise © Bruno Fidrych

Le deuxième opéra donné en version concert lors de ce 18e Festival Beethoven placé cette année sous l'"Idéal de liberté" que symbolise le compositeur, fut Iphigénie en Tauride de Christoph Willibald Gluck dont on fête cette année le tricentenaire de la naissance. La soirée était donnée en collaboration avec le département Voix et Opéra de l'Université de Yale sous la direction artistique du Professeur Doris Yarick-Cross.

Florilège de musique au concert de gala des ICMA

par

Les artistes et leurs représentants sur scène © Bruno Fidrych

Trophy-ICMAC'est dans le cadre du Festival Beethoven de Varsovie qu'eut lieu la cérémonie de remise de prix des ICMA (International Classical Music Awards) suivie du concert de gala avec la participation des artistes lauréats. Le monde musical était réuni ce samedi 12 avril en la salle de la Philharmonie de Varsovie : vice-ministre de la culture, producteurs de disques, directeurs de grandes maisons de concerts et d'opéras, intendants d'orchestres, éditeurs de partitions, artistes, membres du jury, journalistes, public du festival,... les réservations étaient "sold out" depuis plusieurs semaines pour la grande fête annuelle des ICMA.
Le concert de gala suivait la cérémonie de remise des prix dont vous retrouverez ici le palmarès. 

A Varsovie, Dutoit séduit, Nézet-Séguin déçoit..

par

© Bruno Fridrych

En prélude à la soirée dédiée à la foi, l'amour et la justice avec le Fidelio de Beethoven, Radoslaw Sikorski, ministre des affaires étrangères de la république de Pologne, a tenu à rendre hommage à Jan Karski, résistant polonais qui dévoila aux Alliés -dont Roosevelt- la réalité du génocide des Juifs dès 1943 et à qui la Pologne dédie cette année 2014, année de la naissance du héros de la seconde guerre mondiale. Il n'est pas évident de donner Fidelio en version de concert. Outre la difficulté de la partition, les vêtements de soirée traditionnelle qui habillent les protagonistes invitent peu à pénétrer le monde d'une geôle humide et poussiéreuse. Il reste à la partie musicale d'assurer, ce qui n'eut malheureusement pas lieu. 

Varsovie à la gloire de Beethoven

par

Revenir au Festival Beethoven de Varsovie est à chaque fois un plaisir : plaisir musical d'une programmation habilement pensée par sa directrice générale, Elzbieta Penderecka, également présidente de la "Ludwig van Beethoven Association", découverte d'artistes peu connus chez nous associées aux grands noms de notre vie musicale, dialogue avec les artistes lors des après-concerts, générosité de l'accueil et ambiance conviviale. Oui, il fait bon être à Varsovie aux environs de Pâques.

Kavakos/Wang, une très heureuse surprise !

par

A priori, un duo entre Leonidas Kavakos et Yuja Wang semblait tenir du mariage entre la carpe et le lapin, tellement il était permis de se demander comment l’austère et rigoureux violoniste grec allait pouvoir s’assortir au jeu extraverti, voire carrément sportif, de la pétulante pianiste chinoise.
Le Grand Auditorium de la Philharmonie de Luxembourg était donc bien rempli pour entendre les deux musiciens se confronter aux sonates pour violon et piano de Brahms, répertoire exigeant s’il en est.

Trifonov angélique

par

Olivier Messiaen : Les offrandes oubliées, méditation symphonique
Frédéric Chopin : Concerto pour piano et orchestre n° 2, op. 21
Alexander Skryabin : Symphonie n° 3, op. 43, "Le poème divin"

Valery Gergiev direction - Daniil Trifonov piano - London Symphony Orchestra

Trilogie Mendelssohn au KlaraFestival

par

Le premier concert de la trilogie Mendelssohn donnée par la Deutsche Kammerphilharmonie de Brême au Palais des Beaux-Arts (les deux suivants se donnaient à Anvers et à Bruges) bénéficia certainement de la visite du Barack Obama, venu prononcer son désormais célèbre discours de Bruxelles dans la grande salle Henry Le Boeuf l’après-midi même. Le temps que l’on remette en ordre la salle, cette belle soirée commença avec une heure de retard. Et alors que les spectateurs pénétraient dans la salle, l’orchestre en était encore à terminer sa répétition. Mais le disait si finement Greet Samyn, la charmante présentatrice de Klara montée sur scène pour présenter cette belle soirée retransmise en direct sur les ondes de la radio, ce n’est pas tous les jours qu’on a le privilège d’avoir le président des Etats-Unis assurer la première partie d’un concert.