Beethoven et les poissons rouges : à propos Teodor Currentzis et de l’interprétation de la "Symphonie n°5"

par

La fraîche sortie d’une Symphonie n°5 de Beethoven sous la baguette du “trublion” Teodor Currentzis au pupitre de son orchestre MusicAeterna (Sony) fait perdre pieds et raison à bon nombre de gens, y compris à des professionnels du milieu musical ! Juste déposée sur les plateformes (car du fait du confinement, il n’arrive plus grand chose dans les bacs des disquaires), cette interprétation conduit certains commentateurs à vider les dictionnaires à coup de superlatifs ! Pour sûr, nous serions en présence d’une relecture qui “révolutionne” et “réinvente” l’interprétation de cette symphonie “iconique” ou “cultissime” comme on dit désormais en langage de néo-marketing vide (Beethoven ça déchire grave !), “dépoussiérant” comme jamais ce chef d’oeuvre galvaudé par tant d’interprétations dépassées, surannées ou noyées sous la surcouche d’une tradition (fantasmée) pachydermique.  

L’essentiel est garder un peu de sérieux et de remettre cela en contexte. La première gravure de cette Symphonie n°5 est à mettre au crédit d’Arthur Nikisch et des Berliner Philharmoniker en 1913 (DGG). Cela fait donc 107 ans que l’on voit arriver des interprétations de cette symphonie du Grand sourd. Questionner la partition fait partie du travail quotidien des interprètes. De nombreux chefs ont, à leurs époques, apporté un vent de fraîcheur sur le matériau musical : Felix Weingartner et le British Symphony Orchestra avant même la Seconde Guerre mondiale, Hermann Scherchen et René Leibowitz dans les années 1950 et 1960 et bien évidement tous les “baroqueux” qui, à la suite de l’intégrale légendaire de Nikolaus Harnoncourt au pupitre du Chamber Orchestra of Europe (Teldec), ont poursuivi la recherche musicale : John Eliot Gardiner (Philips), Roy Goodman (Nimbus), Frans Brüggen (Philips), Roger Norrington (Warner), Christopher Hodgwood (Decca L'Oiseau Lyre), Martin Haselböck (Alpha) et même notre compatriote Jos van Immerseel (Zig Zag). Ce dernier basait son travail sur des recherches personnelles approfondies tant sur l’effectif instrumental que sur le diapason. N’oublions pas la somme magistrale gravée par David Zinman au pupitre de la Tonhalle de Zurich (Arte Nova), première gravure de l’édition critique Bärenreiter de Jonathan del Mar qui fit grand bruit dans les années 1990. Dès lors, il faut avoir une mémoire de poisson rouge pour envisager le travail de Currentzis comme “révolutionnaire”, tant le texte musical de Beethoven a déjà été questionné en long et en large ! 

De plus, les tenants de la révolution interprétative opposent souvent le “Progrès” à la lutte contre une tradition. Mais de quelle tradition parle-t-on ? Les thuriféraires de Currentzis seraient surpris de réécouter la rapidité des premiers enregistrements d’un Bruno Walter. De même, envisageraient-ils qu’Arturo Toscanini (RCA) ou George Szell (Sony) surprenaient leurs contemporains par la vivacité de leurs directions ? De plus, la quasi-totalité des chefs d’orchestre actuels ont intégré les évolutions récentes de l’interprétation : écoutons Simon Rattle et les Berliner Philharmoniker (Berlin Phil), Thomas Dausgaard et le Swedish Chamber Orchestra (Simax), Sir Charles Mackerras et le Royal Liverpool Philharmonic (Warner) ou le Scottish Chamber Orchestra (Hyperion), Paavo Järvi et la Deutsche Kammerphilharmonie Bremen (RCA) ou Riccardo Chailly et le Gewandhaus de Leipzig (Decca).   

Enfin, diriger à fond de balle, pied sur l’accélérateur, et surjouer les contrastes et les dynamiques n’a pas grand intérêt dans l’absolu. Wilhelm Furtwängler (DGG), Otto Klemperer (Warner ou DGG), Eugen Jochum (DGG), Carlo Maria Giulini (DGG), Leonard Bernstein (DGG), Karl Böhm (DGG) ne se pressaient pas, pourtant quelle force musicale et dramatique dans leurs interprétations ! 

 Le streaming permettant d’écouter toutes ces merveilles, on conseillera une séance de rattrapage, de quoi meubler utilement les journées de confinement. Il ne suffit pas de quelques phrases-chocs débitées à longueur d’interviews plus proches du publi-reportage que du travail journalistique pour révolutionner l’interprétation. 

Loin des sirènes marketing d’un faux jeune (48 ans déjà), on invitera tous les lecteurs à écouter avec attention la phénoménale intégrale d’Adám Fischer et l’Orchestre de Chambre danois chez Naxos. Ce coffret, récompensé d’un Joker de Crescendo et d’un International Classical Music Awards, est une merveille par son travail sur le texte musical. Oeuvre d’une vie, façonnée par un travail récurrent sur Mozart et Haydn par un chef éloigné des lumières du marketing, elle synthétise tout ce qui peut se faire de plus pertinent en matière de Beethoven ! C’est un travail cultivé au sens du XXIe siècle car Beethoven mérite mieux qu’une fausse querelle des Anciens et des Modernes autour d’une fausse valeur égotique.

NB : cet article ne s'envisage pas comme une analyse de la discographie complète. D'autres interprétations non citées sont de grandes références : Erich Kleiber (Decca) et Carlos Kleiber (DGG), Herbert von Karajan (DGG), Igor Markevitch galvanisant l'Orchestre Lamoureux (DGG), Evgueni Mravinsky (Erato), Antal Dorati (Mercury), Mariss Jansons (BR Klassik). On recommandera aussi quelques chemins de traverses intéressants : Lorin Maazel à Vienne (CBS), Rudolf Barshaï à  Moscou (Melodyia),  Herbert Kegel à Dresde (Capriccio), Klaus Tennstedt à Londres (BBC Legends) ou Osmo Vänskä à Minneapolis (Bis).

Crescendo Magazine vous propose une playlist sélective de révision ou dedécouverte : 

 Pierre-Jean Tribot

Crédits photographiques : Pixabay

 

5 commentaires

  1. Avatar
    guillaume

    Suis surprise de ne pas voir citer Christian Thielemann .Il avait donné à Paris, sur environ 1 semaine, l'intégrale des symphonies Beethoven avec le Philarmonique de Wien.Succès.Alors, juste pour mon information, pourquoi ne pas l'avoir cité ?

  2. Avatar
    Alexandre E.

    Pas très honnête intellectuellement votre critique...
    On se fiche pas mal de savoir si cet enregistrement résiste au jugement de l'histoire... l'important est de savoir quel plaisir ou quel déplaisir vous avez pris à l'écoute de cette proposition...
    La question de la vérité historique est toute relative, d'autres chefs avant Currentzis se sont emparés de cette partition pour en faire LEUR version ( Harnoncourt en fait partie pour reprendre un de vos exemples)
    En tout cas ce disque a le mérite de proposer une vision personnelle, certes pas révolutionnaire je vous l'accorde, et par ailleurs avec une technique d'enregistrement remarquable qui permet d'entendre au mieux certains details.
    j'y ai pris du plaisir pour ma part.
    J'en profite pour vous conseiller l'intégrale de Trevor Pinnock, récente et pleine de surprises...

  3. Avatar
    Laurent Worms

    Chaque génération consacre une fausse valeur. Ce début du XXI siècle voit celle de Currentzis. Un chef de la veine des metteurs en scènes qui se servent de chefs-d'œuvre de l'art lyrique pour faire un scandale pour lui même. Ce chef me semble faire de même dans son approche des partitions.
    Furtwângler est toujours apprécié des mélomes. On verra bien si Currentzis résiste au jugement de l'histoire?

Vos commentaires

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.