Deux arpeggione, quatre artistes et d'autres chefs-d'oeuvre

par

PiresFranz Schubert (1797-1828) : Sonate arpeggione en la mineur D. 821
Robert Schumann (1810-1856) : Cinq pièces dans le ton populaire op. 102
Claude Debussy (1862-1918) : Sonate pour violoncelle et piano
Benjamin Britten (1913-1976) : Sonate en do majeur op. 65 pour violoncelle et piano
Gautier Capuçon, violoncelle et Frank Braley, piano
2012-DDD-74'29''-Textes de présentation en français, anglais et allemand-Erato 50999 9341582 8

Franz Schubert (1797-1828) : Sonate arpeggione D. 821
Johannes Brahms (1833-1897) : Trois intermezzi op. 117
Felix Mendelssohn (1809-1847) : Chant sans parole op. 109
Johannes Brahms (1833-1897) : Sonate n°1 pour violoncelle et piano en mi mineur op. 38
Bis : Jean Sébastien Bach (1685-1750) : Pastorale en fa majeur BWV 590
Antonio Meneses, violoncelle et Maria João Pires, piano
2012-DDD-76'35''-Texte de présentation en anglais, allemand et français - DG 00289 479 0965

Le meilleur d'Alison Balsom !

par

JOKERHenry Purcell (1659-1695), Johann Sebastian Bach (1685-1750), Giuseppe Torelli (1658-1709),
George Frideric Händel (1685-1759), Tomaso Albinoni (1671-1750), Benedetto Marcello (1686-1739)

Alison Balsom : trompette
Colm Carey – Lestyn Davies – Alistair Ross – Quentin Thomas - The Englisch Concert, dir: Trevor Pinnock – Scottisch Ensemble
Die Deutsche Kammerphilharmonie Bremen - Göteborgs Symfoniker / Edward Gardner
2013-77'02''–Textes de présentation en anglais, allemand et français - Warner Classics 50999 0 19162 2 5

La pâte n'a pas levé, un comble pour un "Top Chef"

par

Giovanni Iovino (Paul), Patrick Delcour (Puck) et Lionel Lhote (Boum)

A Liège, la Grande-Duchesse de Gérolstein
Le livret concocté pour Offenbach par l'ineffable duo Meilhac-Halévy est idéal : description d'une cour aussi imaginaire que grotesque (le Grand-Duché de Gérolstein), le portrait d'une autocrate fantasque, une intrigue originale (l'ascension puis la dégradation du soldat Fritz) et surtout une satire féroce des mœurs politiques du temps sous le couvert d'une action trépidante comme le veut la tradition de l'opéra-bouffe.

Le bonheur est dans le pré...

par

© Emmanuel Jacques

La "Mélodie du Bonheur"... des étoiles plein les yeux.
Il y eut Orphée. Il y a eu Julie Andrews dans la "Mélodie du Bonheur"... Leurs chants à tous deux élèvent les esprits et les coeurs.
Basée sur la nouvelle de Maria Augusta Trapp, la comédie musicale de Richard Rodgers et Oscar Hammerstein II fut créée à Broadway en 1959; Robert Wise en réalisa, en 1965, un film musical avec Julie Andrews dans le rôle principal. Le film connut un énorme succès, on lui attribua les plus grands prix et depuis, il est resté un film culte.

Aïda ? Pas vraiment...

par

Pour ouvrir sa saison d’opéra et de ballet, le Teatro Di San Carlo de Naples a choisi Aïda  de Verdi. Un hommage au compositeur à l’occasion de son bicentenaire et la commémoration de sa venue à Naples en mars 1873 pour la mise en scène de l'oeuvre. Cette fois, la mise en scène est confiée à Franco Dragone. Arrivé en Belgique avec ses parents à l'âge de cinq ans, il y a fait un beau chemin avant de s'envoler vers les grands spectacles imaginés pour Las Vegas, Macao ou Abu Dhabi et bientôt au Brésil et en Chine.

Les esprits Animaux explorent les passions

par

Johann Christoph Pez (1664-1716), Johann Sebastian Bach (1685-1750), Francesco Geminiani (1687-1762), Biagio Marini (1597-1665), Tarquino Merula (1595-1665), Giuseppino del Biabo (?- 1616), et d'autres anonymes...
Transfigurations

Les Esprits Animaux
2013-DDA- 71'55''- Livret de présentation en français, anglais, allemand-Ambronay- AMY039 

La Traviata : ouverture de saison mi-figue mi-raisin

par

La Scala de Milan a connu toutes sortes de péripéties le 7 décembre, jour de fête de Saint Ambroise, patron de la ville de Milan. L’année 2013 n’échappe pas à la règle, avec un ‘loggione’ huant le metteur en scène Dmitri Tcherniakov et le chef d’orchestre Daniele Gatti et accueillant fraîchement la prestation du ténor Piotr Beczala.