Robert Groslot, de la plume à la baguette !

par

Robert Groslot (°1951)
Robert Groslot conducts his concerto for Euphonium and Concert Band (2012), concerto for Saxophone and Concert Band (2010), concerto for Piccolo and Concert Band (2012), concerto for Marimba and Concert Band (2012), Achaé, la docile amie (1979, 2012)

Steven Mead, euphonium ; Norbert Nozy, saxophone ; Peter Verhoyen, Picolo ; Carlo Willems, Marimba and Vibes ; Vlad Weverbergh, clarinet
The Royal Symphonic Band of the Belgian Guides

Crescendo engage pour son site crescendo-magazine.be

par

REDACTEURS – REDACTRICES
(Belgique, France, G-D Luxembourg, Suisse romande, Québec)

FONCTIONS :
critiques de CD et DVD, de livres et partitions
présentations et commentaires de concerts, spectacles, festivals,…
interviews d’artistes, de responsables artistiques (labels, salles, programmation,…)
- dossiers de fond,...

Patrick Davin sauve une mise en scène acrobatique

par

Les Pêcheurs de Perles à l'Opéra National du Rhin
Ce que je retiens surtout de la production des « Pêcheurs de Perles » de l’Opéra National du Rhin ? Le niveau musical grâce au travail de Patrick Davin à la tête de l’Orchestre Symphonique de Mulhouse et les prestations des chanteurs. Ensemble ils ont fait honneur à la partition du jeune Bizet, une partition qui avait été remaniée plus d’une fois.

Salzbourg, le Festival de Pentecôte façon Bartoli

par

Rebeca Olvera et Cecilia Bartoli

La seconde édition des « Salzburger Pfingstfestspiele » sous la direction artistique de Cecilia Bartoli avait comme thème « Opfer », signifiant aussi bien sacrifice que victime et illustré dans des compositions diverses. La « Norma » de Bellini y trouvait sa place à côté de « Isacco figura del Redentore » de Jommeli, la Symphonie n° 13 Babij Jar de Chostakovitch , « Das musikalische Opfer » de Bach, « Ein deutsches Requiem » de Brahms et « Offertorium pour violon et orchestre » de Gubaidulina. Et bien sûr « Le Sacre du Printemps » de Stravinsky dont on commémore le centenaire cette année, ne pouvait pas y manquer.

Aux origines de l’opéra-comique

par

Le Peintre amoureux de son modèle (Duni)
Double événement. D’abord, voir et entendre un opéra à La Péniche Opéra est toujours fort amusant. Vu l’exiguïté des lieux, il ne s’agit évidemment pas de Wagner ou de Verdi. L’opéra-comique est le genre idéal, et nous l’avions déjà expérimenté avec une production de L’Ivrogne corrigé de Gluck.