A L’Opéra

Sur les scènes d’opéra un peu partout en Europe.

Une rareté à Saint-Etienne

par https://romarion.com/

Qui connaît aujourd’hui La Princesse de Trébizonde composée par Jacques Offenbach en 1869, juste après la première version de La Périchole, après Vert-Vert et La Diva ? Jouée avec succès à Baden-Baden le 31 juillet 1869 puis aux Bouffes-Parisiens le 7 décembre 1869, l’œuvre disparaîtra du répertoire à l’orée du XXe siècle.

La Gioconda d’Amilcare Ponchielli entre au répertoire

par https://romarion.com/
https://boutique.cavederauzan.com/dating-show-80s/

La danse des heures © Opéra National de Paris, Andrea Messana

Rarement un ouvrage italien a suscité autant de prises de position contradictoires, depuis sa création à la Scala de Milan le 18 avril 1876. Et la célèbre Danse des heures, la musique de ballet au troisième acte, vaut mieux que le dessin animé qu’en tira Walt Disney pour Fantasia.

Féerie allemande sous influence psy

par

Vue d'ensemble © Opéra National de Paris, Monika Rittershaus

Hänsel et Gretel de Humperdinck
Hänsel et Gretel (1893) d'Engelbert Humperdinck (1854-1921) sur un livret d' Adelheid Wette, sœur du compositeur, d'après le conte des frères Grimm, entre aujourd'hui au répertoire de l'Opéra National de Paris.

Une parfaite introduction au monde fascinant de l’opéra

par

Il Padre Guardiano (Luciano Montanarosa) et Donna Leonora di Varga (Daniela Dessi)

A Liège
La Forza del Destino
Ah, quel plaisir ! une production claire et simple ! Comme mes lecteurs le savent, je n’ai rien contre les mises en scènes contemporaines, ni même contre le “Regietheater”, qui peuvent offrir des approches secouantes sans doute, mais souvent passionnantes pour autant qu’elles respectent l’esprit de l’oeuvre, ce qui arrive bien plus souvent que ne le pensent leurs détracteurs systématiques.

Un Vendredi-Saint imparfait

par

Parsifal au Vlaamse Opera
Des chevaliers entrent et fixent le mur, d’une blancheur éclatante, qui bientôt suinte de sang. Gurnemanz raconte, assis dans une chaise roulante. Amfortas, chemise ensanglantée, assiste au bain… d’enfants, que l’on mesure, puis coiffe et peigne. Parsifal entre et tue non un cygne, mais un petit enfant. Il lutte avec Kundry, lorsque celle-ci lui apprend la mort de sa mère. Les chevaliers tournent en rond lors de la cérémonie du Graal, Kundry apparaît, telle une madone enceinte. Tout le monde saigne. En voulez-vous encore?

Un concert, sans doute, mais quel concert !

par

Roméo et Juliette (Gounod) à Bruxelles
Le principe de l’opéra en concert peut se justifier pour plusieurs raisons dont la principale est sans doute financière, car il élimine l’aspect non musical : mise en scène, costumes, décors, qui pèsent lourd dans une production. En outre, certaines oeuvres (opera seria, bel canto) supportent mieux ce vide scénique que d’autres, par manque de ressort dramatique ou par l’inintérêt de l’intrigue.

Danse au-dessus du volcan

par

Tiercé belge pour la création de Lolo Ferrari à Rouen
C’est un trio étonnant et inédit, tout droit venu de Belgique, qui a présidé à la conception et à la création en ce mois de mars à l’Opéra de Rouen d’une très attendue Lolo Ferrari. Comme chez Alexandre Dumas, à ce trio s’ajoutait un quatrième larron en la personne du guitariste Hugues Kolp, personnage à part entière comme on le lira plus loin. Une telle conjonction de talents venus de chez nous, appelés à créer un opéra sur une scène française, est à peu près aussi rare que le passage de la comète de Halley à proximité de notre bonne vieille terre!