Lille Piano Festival : 13ème édition

par

Les années se suivent et ne se ressemblent pas dans la région lilloise. Après une édition consacrée aux couleurs, l’édition 2016 du Lille Piano Festival aura comme fils conducteurs les pères de la musique, Bach et Mozart. Trois jours consacrés au piano et aux claviers, plus d’une cinquantaine d’artistes réunis, environ 60 heures de musiques, et le tout dans dix lieux différents.

Pot-pourri américain

par

Mark ABEL
(° 1948)
Home Is a Harbor–The Palm Trees are Restless (cinq poèmes de Kate Gale)
Jamie CHAMBERLIN (soprano), Ariel PISTURINO (soprano), Babatunde AKINBOBOYE (baryton), E. SCOTT LEVIN (baryton), Janelle DeSTEFANO (mezzo soprano), Jon Lee KEENAN (ténor), Carber COSSEY (basse), La Brea Sinfonietta, dir. : Benjamin MAKINO ; Hila PLITMANN (soprano), Tali TADMOR (piano)
2016-DDD–124’ (deux CD)–Texte de présentation en anglais–Delos DE 3495

The Artist à Lille

par

Michel Hazanavicius, writer/director of "The Artist," poses at a screening of the film in Beverly Hills, Calif., Monday, Nov. 21, 2011. The silent, black-and-white film is set in Hollywood between 1927 and 1932. (AP Photo/Chris Pizzello)

C’est devant une salle comble que l’Orchestre National de Lille concluait sa série « Ciné-concert » vendredi soir avec la comédie dramatique en noir et blanc de Michel Hazanavicius, The Artist. Le muet, c’est l’occasion d’éveiller ses sens d’une autre façon, de découvrir un flux d’images d’une manière inhabituelle à notre époque, mais c’est aussi et surtout l’occasion de saisir l’importance d’une musique dans le 7ème art.

Bel canto amore mio

par

Ouvertures d'opéras de Bellini, Donizetti, Meyerbeer, Mercadante et Rossini
Orchestre National d'Ile de France, dir.: Enrique MAZZOLA
2016-57' 26''-Notice en français et en anglais-NoMadMusic NMM029

Jerzy Maksymiuk fête ses 80 ans en musique !

par

CD 1 : Claude Debussy (1862-1918) : Prélude à l’après-midi d’un faune – Sergei Prokofiev (1891-1953) : Symphonie en ré majeur, Op. 25 « Classique » - Tadeusz Baird (1928-1981) : Elegeai – Igor Stravinsky (1882-1971) : Suite de l’Oiseau de feu – Jerzy Maksymiuk (°1936) : Vers per archi

CD 2 : Adam Jarzebski (1590-1648) : Tamburetta – Grazyna Bacewicz (1909-1969) : Concerto pour orchestre à cordes – Johann Sebastian Bach (1685-1750) : Concerto Brandebourgeois n°3 en sol majeur, BWV 1048 – Gioacchino Rossini (1792-1868) Sonate pour cordes n°3 en do majeur – Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) : Divertimento en ré majeur, KV 136 – Béla Bartok (1881-1945) : Divertimento pour orchestre à cordes, Sz. 113
2016-DDD-CD 1 : 57’25 CD 2 : 78’08-Textes de présentation en anglais et polonais-Warner Classics-0825646039357

Notre Dossier : Serge Sergueïevitch Prokofiev en perspective

par

Dernière photo de Prokofiev prise par Nikolina Gora, automne 1952

A l'occasion des 125 ans de sa naissance

Entre Stravinski, qui fit toute sa carrière en Occident et abandonna définitivement la Russie avant la Révolution d’Octobre, et Chostakovitch, enfant du nouveau régime, Prokofiev paraît véritablement coincé entre deux chaises, victime des vicissitudes de l’histoire. Celles-ci le frappèrent de plein fouet, et il ne connut pas la stabilité, même imposée, de son aîné ou de son cadet.