Gloire immortelle à un aïeul de la presse musicale

par

Henry Prunières (1886-1942)
Un musicologue engagé dans la vie musicale de l'entre-deux-guerres
La Revue musicale : revue mythique pour les plus anciens d'entre nous ! Créée en 1920, elle cessera de paraître à la mort de son fondateur, Henry Prunières, en 1942. C'est tout à l'honneur de la Société française de musicologie de sortir un épais volume consacré à cette figure incontournable de l'histoire de la musique en France que fut Henry Prunières.

Louis Andriessen, immersion londonienne

par

louis andriessen © francesca patella

Le BBC Symphony Orchestra rend hommage au grand compositeur néerlandais Louis Andriessen lors d’un week-end de concerts.
L’orchestre de la BBC, en résidence au Barbican Center de Londres, est le grand défenseur de toutes les esthétiques musicales et témoigne d’une curiosité sans bornes, sous la houlette de Paul Hughes son directeur général et Sakari Oramo son directeur musical. Trois fois par an, il propose des week-ends « Total Immersion », intégralement dédiés à des figures de la musique de notre temps ou à des grands compositeurs du XXe siècle. Cette saison, les trois compositeurs à l’honneur sont : le Polonais Górecki, le Néerlandais Louis Andriessen et le Français Henri Dutilleux.

Le Lichtenstein, vivier de jeunes talents

par

Andrei Ionita © Sebastien Rosenberg

Le 6e « Festival Next Generation » au Grand Resort Hotel Bad Ragaz
Entourée par les Alpes, la cité de Bad Ragaz, dans le canton de St-Gall (Suisse), est connue depuis le 19e siècle pour ses sources thermales. En 2011, l'hôtel "Grand Resort Bad Ragaz" a eu l'idée d'inviter en ses murs la musique classique. A quelques kilomètres de Bad Ragaz s’est posée l' « Internationale Musikakademie im Principauté du Liechtenstein », au Lichtenstein donc. Drazen Domjanic en est le directeur. Pourquoi chercher loin lorsqu'on peut trouver si près ?

Beatrice Rana : elle a tout d’une grande !

par

JOKERSergei Prokofiev (1891-1953)
Concerto pour piano et orchestre n° 2 en sol mineur, op.16
Piotr Ilyich Tchaikovsky (1840-1893)
Concerto pour piano et orchestre n° 1 en si bémol majeur, op.23
Beatrice Rana (piano), Orchestra dell’Accademia Nazionale di Santa Cecilia, direction Antionio Pappano
2015-DDD-67’05- Textes de présentation en anglais, allemand et français- Warner Classics 0825646009091

Otello : le noir te sied si bien !

par

© Annemie Augustijns

"Black is black" semble la devise du régisseur allemand, Michael Thalheimer, que Opera Vlaanderen avait vu à l'oeuvre pour une Forza del Destino remarquée en février 2012 et déjà fort sombre. Le décor de cet Otello de Verdi est formé par un grand cube noir (le crâne d'Otello ?) à l'intérieur duquel l'action se déroule, et qui ne s'éclairera qu'un seul instant, au suicide final du More.

Magistrale partition d'un adolescent de quatorze ans

par

Patricia Petibon et Myrto Papatanasiu © Vincent Pontet

Le rideau se lève sur un théâtre désaffecté, allusion au « Mithridate » de Racine à l'origine du livret mis en musique par Mozart. Ce décor (non visible côté jardin) présente l'inconvénient -outre le contresens sur ce qu'est l'opera seria- d'affadir cette histoire de sang, de haine, de parricide, de trahison, d'amour et de mort. Épices incendiaires qui innervent, justement, la magistrale partition d'un adolescent de quatorze ans.

À devenir fou

par

Ludwig van BEETHOVEN
(1770-1827)

Symphonie n° 5 en do mineur op. 67–Symphonie n° 7 en la majeur op. 92
Pittsburgh Symphony Orchestra, dir. : Manfred HONECK
2015-DDD–77’ 27’’–Texte de présentation en anglais–Reference Recordings

Attention chef-d’œuvre : L’AIGLON  

par

« Le secret de notre collaboration ? Il n’y en a pas. La main droite, la main gauche. La division du travail était très honnête. L’un écrivait les dièses, l’autre, les bémols ! » Voilà ce qu’auraient déclaré Arthur Honegger et Jacques Ibert à propos de la composition de L’Aiglon d’après la pièce d’Edmond Rostand.