Mots-clé : Bernard Haitink

Ida Haendel, la Grande Dame du violon, nous laisse sa légende  

par https://meister-gruppe.com/rencontre-femmes-black-france/

Avec le départ de Ida Haendel, décédée à Miami le 30 juin dernier à l’âge de 91 ans, c’est une Grande Dame du violon, une très Grande, qui vient de tirer sa révérence.
Ce fut un bien long parcours pour cette personnalité attachante en qui la modestie le disputait à l’humour, la présence scénique à la pédagogie chaleureuse et facétieuse. Facétieuse ? En 2009, le label à vocation historique Tahra publiait un album de deux CD intitulé La fête à Stradivarius (TAH 670/71, vol. I). On y trouvait quatre archives destinées à mettre en valeur les instruments prestigieux de Christian Ferras, Zino Francescatti, Gioconda de Vito et Ida Haendel ; celle-ci eut d’abord à sa disposition un Stradivarius de 1726, puis un autre de 1699 qu’elle joua pendant près de quarante ans. Des extraits d’une interview d’avril 2009 accompagnaient la notice réservée à Ida Haendel qui déclarait notamment : J’ai une habitude, je ne joue pas ! Quand des jeunes me demandent des conseils, je leur dis de ne pas étudier ! Je m’explique : vous venez au monde avec un don. Si vous pensez qu’étudier conduit à la perfection, ce n’est pas vrai.

Le don, Ida Haendel l’avait reçu presqu’au berceau et elle l’a exploité dans les plus brefs délais. Mais ce qu’elle ne dit pas, par humilité ou parce que c’est l’évidence même, c’est ce qui apparaît en filigrane : en assurant qu’elle ne joue pas, elle oublie de préciser que tout a coulé de source et qu’elle n’a jamais arrêté de faire corps avec son instrument. 

François-Frédéric Guy : Mon rêve est que Beethoven soit toujours dans nos cœurs !

par

Le pianiste français François-Frédéric Guy est incontestablement l’un des plus grands beethovéniens actuels. Le projet de l’intégrale des sonates avec des jeunes pianistes, initialement prévu en mars dernier, voit enfin le jour ce week-end à Paris. Le musicien nous a parlé de sa passion pour le maître de Bonn.

Vous avez donné l’intégrale des sonates de Beethoven en novembre dernier au Japon et les cinq concertos de Beethoven en janvier de cette année à Paris avec l’Orchestre de Chambre de Paris. Pourriez-vous parler de ces deux séries ?

L’intégrale des 32 sonates au Japon était pour moi un événement très important. D’abord, c’était la dixième fois que je jouais ce cycle. C’était donc une sorte d’anniversaire d’un projet fou que j’ai fêté à Tokyo – Vous savez, j’ai un amour inconditionnel pour le Japon ! J’ai eu une chance inouïe d’avoir pu réaliser cette série de neuf concerts dans la magnifique salle de Musashino Civic Cultural Hall, d’autant que le public était enthousiaste. Tous les concerts étaient complets. Et après chaque concert, dédicace de disques pendant des heures, un rituel typiquement japonais… Il y a eu une standing ovation tout à la fin, au dernier concert, les auditeurs étaient emportés, déchaînés, ils poussaient des cris, comme dans un concert de rock ! Pour ma part, je n’ai jamais vu ça au Japon ! Les Japonais sont d’habitude très calmes et très disciplinés, même quand ils aiment, ils gardent une distance, ils sont réservés, par politesse aussi, peut-être. Mais là, c’était… merveilleux. Vraiment merveilleux.

Ensuite, à Paris, nous avons également eu un grand succès avec l’Orchestre de Chambre de Paris, au théâtre des Champs-Élysées, pour les cinq concertos en une soirée que nous avons joués à guichets fermés. Nous avons d’abord donné un premier concert, suivi d’une pause longue pendant laquelle les gens pouvaient dîner, moi aussi d’ailleurs ! Puis, un autre concert et après 20 minutes de pause, enfin le Cinquième Concerto. C’était un grand voyage exceptionnel. Je suis depuis trois ans un artiste associé à l’Orchestre de Chambre de Paris et nous avons construit beaucoup de projets originaux ensemble. Nous avons joué plusieurs concerts à Paris, dont beaucoup en jouer-diriger. J’ai fait mes débuts en tant que chef d’orchestre avec eux à Paris avec la Cinquième Symphonie de Beethoven, en 2018, en première partie le Triple Concerto dirigé du piano. Un moment inoubliable pour moi !

« Je ne conçois pas une intégrale comme un marathon,
mais comme un grand voyage »

L’idée de donner l’intégrale des concertos ou des sonates en un temps court n’est pas de faire un marathon, mais plutôt celle d’un voyage. Offrir au public une occasion d’entendre ces œuvres dans la continuité et de suivre son évolution, depuis des compositions de jeunesse qui imitent encore Mozart pour arriver, en ce qui concerne les sonates, à la maturité, à ces dynamites beethovéniennes, à l’explosion du style classique.
Pour les sonates qui sont échelonnées sur toute sa vie, je les considère comme une autobiographie.

Bruckner avec les meilleurs

par

Anton Bruckner (1824-1896) : Symphonies n°1 à n°9. Symphonieorchester des Bayerischen Rundfunks, Lorin Maazel, Mariss Jansons, Bernard Haitink et Herbert Blomstedt, direction.2019-DDD-CD1 53’42 CD2 69’07 CD3 56’19 CD4 72’10 CD5 75’37 CD6 55’13 CD7 64’53 CD8 80’04 CD9 56’29-Textes de présentation en anglais et allemand-BR Klassik-900716

Double anniversaire : Haitink, 90 ou Beethoven, 250 ?

par

Ludwig van Beethoven (1770-1827) : concerto n°2 en si bémol majeur pour piano et orchestre, op. 19 ; triple concerto pour piano, violon, violoncelle et orchestre en do majeur, op. 56.  Maria João Pires, piano (op. 19); Lars Vogt, piano (op. 56); Gordan Nikolitch, violon ; Tim Hugh, violoncelle ; London Symphony Orchestra, Bernard Haitink, direction. SACD-©2019, enregistrements de 2005 (op.19) et 2013 (op.56) - 66'52" - Livret en anglais, français et allemand - London Symphony Orchestra - LS00745

Mahler et Bruckner par Haitink

par

Gustav Mahler (1860-1911) : Les symphonies - Das Lied von der Erde - Das Klagende Lied - Lieder Eines Fahrenden Gesellen - Kindertotenlieder - Extraits de Knaben Wunderhorn. Solistes, choeurs, Royal Concertgebouw Orchestra, Bernard Haitink. 1962-1975-Notice en anglais, allemand et français. 1 coffret de 12CD et 1 Blu-ray audio. Référence 483 4643. Anton Bruckner (1824-1896) : Les symphonies - Te Deum. Solistes, choeur. Royal Concertgebouw Orchestra, Bernard Haitink. 1964-972. Notice en anglais, allemand et français. 1 coffret de 10 CD et 2 Blu-Ray Audio. Référence 483 4660.

Alors que le Maestro Bernard Haitink célèbre ses 90 ans, Universal Music réédite, en coffrets de luxe remarsterisés et complétés de deux Blu-ray audio, ses intégrales fondatrices de Mahler et Bruckner enregistrées au pupitre du Concertgebouw d’Amsterdam entre 1962 et 1975 pour Philips.  

Dans les deux cas, ces intégrales sont des piliers de la discographie et cela à plusieurs niveaux historiques, éditoriaux et interprétatifs ! Historiquement, ces gravures restent des pionnières car le chef couvrait toutes les symphonies dans leur intégralité, refusant le côté sélectif des grands anciens comme Willem Mengelberg ou Wilhelm Fürtwangler. Au niveau des symphonies de Mahler, cette intégrale est contemporaine de celles de Leonard Bernstein (CBS), Georg Sollti (Decca) et Rafael Kubelik (DGG), mais tous ces chefs étaient de la génération précédente de celle d’Haitink qui s’imposait alors comme le plus jeune intégraliste mahlérien de son temps. Quant à Bruckner, elle fut menée en même temps que celle d’Eugen Jochum pour DGG, là aussi le saut de génération était important !

Brahms et Schumann : quand le beauté de l’âme rencontre la sagesse

par

Johannes BRAHMS
(1833 - 1897)
Concerto pour violon en ré majeur op. 77 – Concerto pour piano n°1 en ré mineur op. 15
Robert SCHUMANN
(1810 - 1856)
Quatuor avec piano en mi bémol majeur, op. 47
Royal Concertgebouw Orchestra, Bernard Haitink, direction – Frank Peter Zimmermann, violon – Emanuel Ax, piano – RCO Chamber Soloists : Vesko Eschkenazy, violon, Henk Rubingh, alto, Gregor Horsch, violoncelle
2017-SACD-CD1 39’37 CD2 76’20-Textes de présentation en anglais, français, allemand et néerlandais- RCO17001

Le Catalogue de BR Klassik

par

Œuvres de Chabrier (1841-1894), Antonin Dvorak (1841-1904), Joseph Haydn (1732-1809), Johan Sebastian Bach (1685-1750), Walter braunfels (1882-1954), Jean Sibelius (1865-1957), Richard Wagner (1813-1883), Arvo Pärt (1935), Georg Friedrich Händel (1685-1759), Albert Lortzing (1801-1851), Piotr Ilitch Tchaikovski (1840-1893), Modest Mussorgsky (1839-1881)
Symphonieorchester des Bayerischen Rundfunks, Münchner Rundfunkorchester, Chor des Bayerischen Rundfunks, Concerto Köln, B’Rock Belgisches Barockorchester Gent – Mariss Jansons, Andris Nelsons, Bernard Haitink, Peter Dijkstra, Ulf Schirmer, Simon Rattle, Kurt Eichhorn, direction
2016-DDD-Catalogue complet du label-BR Klassik-900003

Une somme pour Mahler, et pour Haitink

par

Gustav MAHLER
(1860 - 1911)
Symphonie n° 3
Gerhild Romberger (mezzo-soprano), Augsburger Domsingknaben, Frauenchor des Bayerischen Rundfunks, Symphonieorchester des Bayerischen Rundfunks, dir.: Bernard HAITINK
2017- Live - 2 CD 35' 49'' et 65' 39''-notice en allemand et en anglais-livret en allemand-chanté en allemand-BR Klassik 900149

La poésie de Haitink à Dresde

par

Carl Maria von WEBER
(1786 - 1826)
« Ouverture » d’Obéron
Ludwig van BEETHOVEN
(1770 - 1827)
Concerto en ré majeur op. 61 pour violon et orchestre
Johannes BRAHMS
(1833 - 1897)
Symphonie n°1 en do mineur op. 68
Staatskapelle Dresden, Bernard Haitink, direction – Frank Peter Zimmermann, violon
2002-2016-Live-50’25 et 46’09-Textes de présentation en anglais et allemand-Hänssler-PH09036

Haydn par Haitink

par

0126_JOKERJoseph Haydn (1732-1809) : Die Schöpfung
Symphonieorchester des Bayerischen Rundfunks, Bernard Haitink, direction - Chor des Bayerischen Rundfunks, Peter Dijkstra, chef de chœur – Camilla Tilling, soprano – Mark Padmore, ténor – Hanno Müller-Brachmann, basse baryton
2014-DDD-2 cd-101’17-Textes de présentation en allemand et anglais-Brmedia 900125