Mots-clé : Mariss Jansons

Wies de Boevé, contrebassiste 

par https://vodnature.com/cover-letter-help-uk/

Notre compatriote Wies de Boevé publie un album avec orchestre dédié à des partitions concertantes de Giovanni Bottesini. Ce musicien est par ailleurs soliste à l’Orchestre Symphonique de la Radio bavaroise. Cet entretien est l’occasion de d’évoquer ce nouvel album et la prestigieuse phalange bavaroise. 

La contrebasse n’est pas l’instrument le plus connu. Qu’est-ce qui vous motivé à l’apprendre ? 

Je viens d’une famille nombreuse et mes parents ont donné à chacun de nous l’opportunité d’apprendre un instrument de musique. Je jouais du violon et mon frère aîné de la contrebasse. Ce n’était toutefois pas sa grande passion et quand il a décidé d’arrêter, la contrebasse s’est retrouvée seule dans son coin. Mes parents m’ont alors motivé à commencer cet instrument, qui passait finalement mieux avec ma taille !

Vous êtes soliste auprès de l’Orchestre Symphonique de la Radio Bavaroise à Munich. L’orchestre a récemment perdu son directeur musical Mariss Jansons. Je présume que cela a été un choc ?  

Mariss Jansons était notre chef depuis 16 ans, c’est dire que la relation qui nous unissait à lui était forte, et pas seulement musicalement. Nous savions tous qu’il souffrait de problèmes cardiaques depuis des années et que sa santé était fragile mais la nouvelle de sa mort nous a pris par surprise et nous a bouleversé. Il est décédé juste après notre tournée en Europe et à New York, pendant laquelle on le voyait bien sûr un peu plus faible que d’habitude mais son énergie sur scène était toujours aussi incroyable. Il était convaincu qu'il ne fallait jamais montrer ses faiblesses. 

Le tandem entre Mariss Jansons et l'Orchestre Symphonique de la radio bavaroise a été une grande réussite, un peu comme l'alliance Karajan-Berliner Philharmoniker ou Bernstein-New York Phiharmonic. Comment un orchestre et son chef peuvent-ils atteindre un tel degré de réussite artistique ?

Il y a quelques conditions pour une telle relation : d'un côté, un musicien d'exception qui veut investir toute son énergie dans son orchestre et qui se sent responsable de lui. De l'autre côté, un ensemble de musiciens qui se laisse inspirer et qui a les moyens de traduire ces idées en musique. Mariss Jansons fut chef de l’Orchestre Symphonique de la Radiodiffusion Bavaroise pendant 16 ans, ce qui est signe aussi de stabilité. 

Hans Swarowsky, un nom à redécouvrir 

par https://vodnature.com/cover-letter-help-uk/

Il est des noms que l’on voit passer dans des biographies sans savoir comment les situer dans l’Histoire. Il en va ainsi du chef d’orchestre Hans Swarowsky. Il fut, avec Hermann Scherchen et Franco Ferrara, l’un des plus grands pédagogues de la direction d’orchestre de la Seconde moitié du XXe siècle. Claudio Abbado, Adam et Ivan Fischer, Giuseppe Sinopoli, Zubin Mehta, Mariss Jansons, Theodor Guschlbauer, Bruno Weil, Mario Venzago, Jésús López Cobos furent, entre autres, ses élèves….Mais Swarowsky fut aussi un pionnier sous de nombreux aspects et il est important de ne pas oublier son nom alors que paraît un coffret indispensable chez Profil. 

Hans Swarowsky voit le jour en 1899 en Hongrie. Sa mère est une actrice du Théâtre populaire de Vienne mais, né hors mariage dans une époque des plus prudes, l’identité de son véritable père resta inconnue, le musicien se plaisant à croire que son père puisse être l’Archiduc Otto François Joseph. Il étudie à Vienne avec rien moins que Richard Strauss, Felix Weingartner, Clemens Krauss, Anton Webern et Arnold Schoenberg. On retrouve dans cet aréopage qui lui enseigna la direction d’orchestre et la composition, déjà une forme d’intransigeance tant dans la défense des modernités que dans le retour au texte musical. N’oublions pas que Felix Weingartner fut l’un des pionniers de la fidélité aux sources ; il décapa Beethoven des sucs romantiques dans une intégrale des plus fascinantes. 

Hommage à Mariss Jansons

par https://vodnature.com/cover-letter-help-uk/

Décédé à l’âge de 76 ans des suites d’une insuffisance cardiaque chronique, le chef d’orchestre Mariss Jansons a considérablement marqué son époque. Adulé du public et des musiciens pour ses qualités musicales et humaines ainsi que pour sa capacité à galvaniser les phalanges virtuoses qu’il dirigeait, Mariss Jansons laisse un vide considérable dans le monde musical. 

Né à Riga, Mariss Jansons c’est un destin tracé pour diriger. Fils du grand chef d’orchestre Arvīds Jansons décédé d’une attaque cardiaque alors qu’il dirigeait un concert avec le Hallé Orchestra de Manchester, le jeune homme reçoit de son paternel ses premières leçons musicales. Alors que ce dernier est nommé chef associé à la Philharmonie de Leningrad, aux côtés d’Evgueni Mravinsky et Kurt Sanderling, Mariss Jansons rejoint le Conservatoire de la grande cité musicale. Le destin du chef croise alors celui de l’Histoire. En 1968, il est repéré par Karajan lors d’une tournée soviétique du maestro et de ses Berlinois. Invité à le suivre à l’Ouest, les autorités lui mettent des bâtons dans les roues. En 1971, le jeune chef remporte un Second Prix au concours Karajan et cette récompense lui ouvre les portes d’un poste d’assistant avec la star de la baguette, mais il se heurte à un nouveau véto des autorités soviétiques ! En dépit des tracasseries bureaucratiques, sa carrière s’affirme déjà. Dès 1973, il est chef associé au Philharmonique de Leningrad avant de devenir, dès 1979, directeur musical du Philharmonique d’Oslo. Avec cette phalange norvégienne, qu’il dirigera jusqu’en 2002, il va marquer son époque par des tournées et des enregistrements pour les labels Chandos et EMI. Dès 1996, le chef traverse l’Atlantique et pose ses valises à Pittsburgh. 

Bruckner avec les meilleurs

par

Anton Bruckner (1824-1896) : Symphonies n°1 à n°9. Symphonieorchester des Bayerischen Rundfunks, Lorin Maazel, Mariss Jansons, Bernard Haitink et Herbert Blomstedt, direction.2019-DDD-CD1 53’42 CD2 69’07 CD3 56’19 CD4 72’10 CD5 75’37 CD6 55’13 CD7 64’53 CD8 80’04 CD9 56’29-Textes de présentation en anglais et allemand-BR Klassik-900716

La voix intérieure, une biographie de Robert Schumann

par

Robert Schumann (1810-1856) : Eine Hörbiografie von Jörg Hanstein – Symphonie n°1 en si majeur Op. 38, « Printemps ». Udo Wachtveitl (narrateur), Matthias Brandt (Robert), Brigitte Hobmeir (Clara), Benedict Lückenhaus (jeune Schumann), Michael Tregor, (Friedrich Wieck), Thomas Albus, Christian, Baumann, Folkert Dücker, Beate Himmelstoß, Jerzy May, Katja Schild (citations), Lori Liebelt (une voix intérieure). Sympfonieorchester des Bayerischen Rundfunks, Mariss Jansons, direction.2018-DDD-CD1 69’44-CD2 71’39-CD3 73’17-CD4 59’29-Textes de présentation en allemand-BR Klassik-900916

Un Sacre du plus ?

par

Igor Stravinsky (1882 – 1971) : Le Sacre du Printemps; L’Oiseau de Feu, suite 1945
Orchestre symphonique de la radio bavaroise, dir. Mariss Jansons
2018 DDD 64’44 Livret allemand et anglais CD BR Klassik 900168.

Beethoven au Vatican

par

Ludwig van BEETHOVEN
(1770 - 1827) 
Symphonie n°9 en ré mineur, Op. 125
Concert en l’honneur du Pape Benoît XVI, le 27 octobre 2007
Chor und Symphonieorchester des Bayerischen Rundfunks, Mariss Jansons, direction – Krassirima Stoyanova, soprano – Lioba Braun, alto – Michael Schade, ténor – Michael Volle, baryton
2017-DDD-66’19-Textes de présentation en allemand et anglais-BRKlassic-900156

Salzburger Festpiele : Mariss Jansons triomphe avec Chostakovitch

par

Pour la direction musicale de son premier opéra au festival de Salzbourg Mariss Jansons a choisi Lady Macbeth de Mtsensk de Chostakovitch, une des cinq nouvelles productions scéniques que le festival propose cette année. On peut sûrement rarement trouver un chef plus engagé que Jansons qui a étudié à fond la version originale (1930-32) de l’œuvre et s’est montré une ardent intercesseur.

Le Catalogue de BR Klassik

par

Œuvres de Chabrier (1841-1894), Antonin Dvorak (1841-1904), Joseph Haydn (1732-1809), Johan Sebastian Bach (1685-1750), Walter braunfels (1882-1954), Jean Sibelius (1865-1957), Richard Wagner (1813-1883), Arvo Pärt (1935), Georg Friedrich Händel (1685-1759), Albert Lortzing (1801-1851), Piotr Ilitch Tchaikovski (1840-1893), Modest Mussorgsky (1839-1881)
Symphonieorchester des Bayerischen Rundfunks, Münchner Rundfunkorchester, Chor des Bayerischen Rundfunks, Concerto Köln, B’Rock Belgisches Barockorchester Gent – Mariss Jansons, Andris Nelsons, Bernard Haitink, Peter Dijkstra, Ulf Schirmer, Simon Rattle, Kurt Eichhorn, direction
2016-DDD-Catalogue complet du label-BR Klassik-900003

La musique du nouveau monde par Andris Nelsons

par

Charles Ives (1874-1954) The Unanswered Question – John Adams (1947-) Slinimsky’s Earbox – Igor Stravinsky (1882-1971) Le Chant du rossignol – Antonin Dvoak (1841-1904) Symphonie n°9 «du Nouveau Monde»
Symphonieorchester des Bayerischen Rundfunks, Andris Nelsons, direction
2013 - HD source, NTSC 16 :9, PCM stereo DTS 5.0-95’-Livret en français, allemand et anglais-C major-713408

Mariss Jansons, un chef pas comme les autres

par

Music is the language of the heart ans soul, a portrait of Mariss Jansons
(1943°)

Disque 1 : Portrait de Mariss Jansons, un film de Robert NEUMÜLLER
Disque 2 : Deuxième Symphonie de Mahler, Resurrection
Royal Concertgeboux orchestre, Mariss Jansons, direction, Ricarda Merbeth, soprano, Bernarda Fink, mezzo, Nederlandse Groot Omroep koor
2012 – 147’ – PCM Stero, DTS 5.1 – Beeldformaat : 16 : 9 HD, Menu en anglais, sous-titres allemands, anglais, français, espagnol, chinois, coréen – CMAJOR - 709708